Partagez | 
 

 Un drôle d'héritage

Aller en bas 
AuteurMessage
Fursy O'Callaghan

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 08/02/2017

MessageSujet: Un drôle d'héritage   Lun 24 Juil - 19:49

Un drôle d'héritage
Fursy
Gabriel
Fursy O'Callaghan venait tout juste de nettoyer le grenier du château, il y avait passé toute la matinée, il n'est pas maniaque pour rien, avant de se rendre dans le hall. Un de ses serviteurs lui avait dit qu'un jeune homme tentait d'entrer au château, muni d'une lettre soit-disant de la plus haute importance. Pourquoi donc ce dernier tenait à la conserver sur lui au lieu de la confier à son serviteur ? S'il avait bien compris, cela le concernait. Il n'aimait pas être dérangé lorsqu'il faisait le ménage mais bon, c'était pour la bonne cause. Et puis franchement, il vaut mieux que l'étranger soit accueilli par Fursy plutôt qu'un autre membre de la famille royale. Ils sont tous fous à lier, sadiques ou curieux là-dedans, il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre. De toute manière, il était question du Comte Fursy O'Callaghan, donc il tenait à l'accueillir en personne.

Une fois donc dans le hall, tout ce que Fursy voyait était un (petit) jeune homme brun aux yeux verts. Toutefois, il prit soin de bien vérifier qu'il n'y avait personne d'autre dans le hall, parce que mine de rien, cela l'étonnait qu'un étranger aussi petit (à moins que ce ne soit lui qui était trop grand et pourtant, il ne mesurait qu'un mètre quatre-vingt deux) soit à sa recherche pour une lettre de la plus haute importance. Il finit donc par s'approcher de lui avant de déclarer, tout en faisant une révérence :


▬ Comte Fursy O'Callaghan,
pour vous servir. Il me semble que vous me cherchiez ?



Ce n'était peut-être pas le bon endroit pour discuter de quelque chose d'important, mais pour une fois que Fursy faisait son boulot de Comte, il ne fallait pas chipoter... mais s'agissait-il vraiment d'un de ses devoirs en tant que Comte ? Il en doutait...
© Ashling, sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Hodges

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 20/07/2017

MessageSujet: Re: Un drôle d'héritage   Lun 24 Juil - 20:28

Gabriel avait parcouru les régions qui séparaient le petit château de son ancien propriétaire à celui-ci, à cheval pendant trois longs jours pour arriver dans la fin de matinée. Quelqu’un lui avait prit son cheval dès son arrivée pour le placer aux écuries contre quelques pièces. Il était assez propre sur lui-même s’il était blanc comme un linge et fatigué. Il parcourut le grand jardin qui le séparait du hall d’entrée, s’accrochant à sa précieuse lettre. Il ne savait pas pourquoi son maître l’avait envoyé ici avec ce papier. C’est vrai quoi, il aurait très bien put le faire envoyer par un coursier.

Son maître n’allait pas bien ces derniers temps… il le sentait bien. Et il se devait de ne pas le contrarier inutiliement. Plusieurs personnes l’approchèrent pour essayer d’obtenir sa lettre mais il la serra plus fort encore dans sa main frêle. Il devait la remettre au Comte Fursy O’Callaghan et ne la lui remettrait qu’à lui et lui seul.

Ainsi donc il dut attendre que l’on trouve le dit Comte qui s’approcha de lui une bonne demi-heure plus tard, avec une courte réverence. C’est des toiles d’araignées sur son épaule ? Beurk ! Gabriel y répondit néanmoins lui aussi par une brève courbette.

- Oui… j’ai… une lettre pour vous.

Sans plus de cérémonie et sans doute un peu brusquement, il lui tendit l’enveloppe chiffonée. Il avait eut terriblement envie de l’ouvrir pour lire la dite lettre mais avait très bien résisté à la tentation. Il était un peu intimidé par cette masse devant lui. Il savait que ce n’était pas quelqu’un de très grand, c’était lui qui était tout petit. Toutefois pas sans défense.


La lettre:
 

Gabriel était en train de le dévisager comme pour essayer de capter le sujet de la lettre qui l’avait amené ici. Cependant, il ne comprenait pas les expressions qu’il avait réussi à décripter sur le visage du comte.
La lettre comportait tout de même trois pages.

- Alors… ? Qu’est-ce que ça dit ?

Tout bon coursier serait reparti après avoir transmis le courrier au destinataire mais lui, il était là. Un peu gêné pourtant de briser le silence avec sa voix encore enfantine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fursy O'Callaghan

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 08/02/2017

MessageSujet: Re: Un drôle d'héritage   Lun 24 Juil - 20:57

Un drôle d'héritage
Fursy
Gabriel
Fursy se doutait bien qu'il s'agissait d'une lettre, mais il laissa le jeune homme s'expliquer. Il était certes plus petit que lui, il pouvait très bien s'exprimer tout seul, sans que le Comte ne lui dise qu'il savait pourquoi il était venu jusqu'au château royal.

Juste avant de s'emparer de la lettre tendue, Fursy prit le temps de chasser les toiles d'araignées, qui traînaient sur une de ses épaules. Son oncle, le Comte Hodges était apparemment souffrant, voire même mourrant et souhaitait le faire hériter de son château ET d'un certain Gabriel. Il interrompit la lecture de la lettre pour réfléchir quelques instants. Qui était donc ce fameux Gabriel ? Un bébé ? Il ne tenait pas à devenir papa de si tôt... Fursy se remit à lire, ignorant la question de l'étranger. N'était-ce pas un simple coursier ? Pourquoi restait-il près de lui au lieu de retourner d'où il venait ? Bon. Comme il venait de déchiffrer la lettre sans trop de problème, parce que son oncle possédait une belle écriture, il reporta son attention sur le jeune homme juste pour lui demander :


▬ Vous connaissez un certain Gabriel ?


Cela ne répondait absolument pas à la question de l'étranger, mais Fursy ne voulait pas faire de bourde s'il révélait tout ce que contenait la lettre. Il ne comprenait même pas pourquoi ça l'intéressant tant... mais peut-être qu'il n'avait pas affaire à un simple coursier.


▬ Que représentez-vous pour mon oncle ? Vous êtes de la famille ? Il ne me semble pourtant pas vous connaître...

© Ashling, sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Hodges

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 20/07/2017

MessageSujet: Re: Un drôle d'héritage   Lun 24 Juil - 21:35

Gabriel n’en pouvait plus d’attendre. Il voulait savoir pourquoi il était venu jusqu’ici et ce dont pouvait bien parler la lettre qui lui avait fait parcourir un tel territoire sans armes avec son pauvre cheval qui devait actuellement etre éreinté. C’était un brave cheval. Un fjord. Il n’avait besoin que de peu de soins mais il était un etre résistant et puissant bien que n’étant pas le plus rapide des chevaux. C’était le comte Hodges qui le lui avait offert quand il l’avait recueillit pour pouvoir le suivre dans ses ballades a cheval et ses chasses.
Ses pensées furent interrompues par une question. N'attendait il pas une réponse dans l'immediat?
Pourtant il y répondit timidement, toujours un peu intimidé. Il n'aimait pas se retrouver dans ce genre d'endroits nouveaux avec des gens qu'il ne connaissait pas.

- Euh oui. C’est moi.

Il ne comprit pas tellement la question du comte qu’il regarda avec des yeux plus grands encore quand il lui demanda ce qu’il était pour le comte Hodges.

- Je suis son familier. Pourquoi cette question ?

Pour un comte il ne le trouvait pas très propre et pas très observateur a vrai dire mais qui était il pour le juger ? Il ne savait meme pas exactement d’où il venait, il ne pouvait pas le critiquer ouvertement.

- Vous allez vous décider a me répondre ?


Il était fatigué, il avait froid et il venait de passer trois longs jours a chevaucher… Forcément il était un peu sous tension et il savait que son maitre n’allait pas bien, comment aurait il put se sentir rassuré ?
Il avait hate de retourner au chevet de son maitre. Il ne voulait pas le laisser seul trop longtemps temps qu’il ne s’était pas remit et incapable de comprendre comme d’accepter que cette fois son maitre ne se remettrait pas. Il était jeune et avait déjà ressentit un si grand vide lorsque ses maitres avaient disparu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fursy O'Callaghan

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 08/02/2017

MessageSujet: Re: Un drôle d'héritage   Mar 5 Sep - 13:39

Un drôle d'héritage
Fursy
Gabriel
Fursy détailla le jeune homme de la tête aux pieds. Pourquoi son oncle souhaitait-il lui confier Gabriel ? Il n'avait pas besoin d'un familier... il avait déjà assez à faire avec le ménage dans tout le château, donc il n'aurait certainement pas de temps à lui consacrer, s'il acceptait la requête du Comte Hodges.

Il prit le temps de relire la lettre, chassant de la main les questions de l'impatient qui se tenait toujours en face de lui. Il récapitula, à voix haute ;


▬ Vous êtes donc Gabriel... c'est bien cela ?


Il passa sa main dans sa chevelure bleue, hochant la tête aux dires du jeune homme avant de déclarer :


▬ Vous êtes le familier de mon oncle, ce cher Comte Hodges, nous sommes bien d'accord ?


Selon la lettre, il ne devait pas répondre aux questions de Gabriel, surtout en ce qui concernait la santé de son oncle. Il ne devait rien lui dévoiler. Il se contenta donc de dire :


▬ Je ne peux rien vous dire, navré. Vous poserez toutes vos questions à l'intéressé. En attendant, souhaitez-vous boire ou manger quelque chose ? Vous préférez peut-être vous reposer, vous m'avez l'air épuisé par votre voyage.


Même si Gabriel insistait, Fursy comptait bien tenir sa langue et bien sûr, il rangea la lettre de son oncle, qui se retrouva ainsi hors de la portée du jeune homme.

Il réfléchit ensuite un instant avant de lâcher :


▬ J'ai encore beaucoup de travail à faire, avez-vous donc autre chose à me dire ?
© Ashling, sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Hodges

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 20/07/2017

MessageSujet: Re: Un drôle d'héritage   Ven 8 Sep - 21:04

- Oui je suis Gabriel.

Sans aller jusqu’à dire qu’il commençait à perdre sérieusement patience, il commencait a avoir l'impression qu’on le prenait pour un idiot ou un menteur.

-Mais oui puisque je viens de vous le dire !

Il s’attendait réellement à avoir une réponse quant à cette fichue lettre mais tout ce qu'on lui dit, c'est qu’il verrait ca avec son propriétaire. Autant dire que pour les premières minutes de leurs rencontres, Gabriel ne trouva pas grand-chose à apprécier chez le comte. C’était un grossier personnage qui s’était contenté de le faire taire et le renvoyait s’il comprenait bien à domicile, soit-disant trop occupé pour se soucier de lui. Gabriel en fut particulièrement contrarié.

- Non. Rien.

Il avait espéré que le neveu ressemblerait au moins un peu à son proprietaire actuel mais il ne trouva pas la ressemblance qu'il recherchait. Il regrettait un peu de ne pas avoir ouvert ce stupide courrier. Mais dans l’immédiat, il avait des choses plus importantes à faire que de se fâcher contre un comte idiot.
Il s’empressa de retourner aux écuries pour retrouver son cheval. Il ne se gêna pas pour lui dire combien il avait trouvé celui à qui il devait remettre la lettre méchant et désagréable tandis qu'il mettait la selle et le filet. Maintenant il allait retourner auprès de son maître. Il n’était visiblement pas le bienvenu ici.
Les jours pour rentrer lui semblèrent plus longs encore que ceux qui l’avaient éloigné de la résidence Hodges. Il tenait sur les réserves et son cheval n’avala rien de plus que l’herbe qu’il pouvait trouver sur leur chemin. Il fut heureux quand il put enfin déposer son cheval dans les paturages pour prendre un bref bain et rejoindre son maître dans sa chambre. Le spectacle qu’il y vit l’horrifia immédiatement. Le comte Hodges était dans son lit, allongé et les traits tirés. Il sembla plus blessé encore que souffrant de le retrouver à son chevet. Il y resta jusqu’à la fin. Triste et silencieux. Plusieurs jours passèrent après la mort du comte pour que quelqu’un ne découvre qu'il était mort et Gabriel toujours là.
Les croque morts, destinés uniquement à enterrer le vieillard et diffuser l’information de sa mort eurent vite fait d’essayer de le remettre en vente, ne disposant d’aucune information le concernant. Gabriel prit les trois chevaux de son maître et les attachant les uns aux autres, il chargea des provisions et ses quelques affaires avant de quitter les lieux. Les Fjords sont des chevaux quasiment sauvages et il n’était pas difficile pour eux de survivre. Gabriel pour sa part, découvrit rapidement des taches de couleur crème qui apparaissaient sur sa peau… au début sur ses mains puis son torse et ses jambes, si bien que son visage fut lui aussi couvert de ces taches qui devenaient par la suite grises. Il ne se sentait pourtant pas malade.
D’autre part, le décès du comte fut bien assez vite déclaré à son neveu et après avoir analysé la lettre qu’il avait reçu, l’hussier toussa dans son poing, gêné.

- Et où donc se trouve le familier de votre oncle ? Sans lui, je crains bien que vous ne puissiez accéder à votre héritage.


Ps: à toi de partir à sa recherche maintenant lol. Je ne suis pas sur ordi mais je mettrais un peu de couleurs quand je l'aurais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fursy O'Callaghan

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 08/02/2017

MessageSujet: Re: Un drôle d'héritage   Dim 10 Sep - 13:58

Un drôle d'héritage
Fursy
Gabriel
Fursy n'avait pas été très chaleureux avec le familier de son oncle mais en même temps, le Comte Hodges lui avait bien précisé de ne rien révéler à Gabriel au sujet de sa santé. Il ignorait combien de temps il lui restait à vivre, c'est pour cela que le jeune homme l'avait renvoyé au chevet de son oncle.

Il se doutait bien que Gabriel lui en voulait pour son accueil plutôt glacial, même s'il ne lui avait rien dit. C'était sa manière d'être afin de ne pas commettre d'erreur, parce qu'il avait eu peur de finir par révéler le contenu de la lettre du Comte Hodges bien malgré lui.

Une semaine plus tard, voire même un peu plus, Fursy reçu un huissier. Il se demanda bien ce qu'il lui voulait, mais avant même qu'il ne pose la question, l'homme lui apprit la mort de son oncle, le Comte Hodges. Fursy repensa alors à la lettre que son familier lui avait apporté il y a quelques temps de ça et la lui montra. L'huissier lui demanda où était passé ce fameux Gabriel, afin qu'il puisse toucher l'héritage. Sans lui, il n'obtiendrait rien de la part de son oncle. Le jeune homme expliqua alors à l'autre qu'il avait renvoyé le familier auprès de son oncle, mais apparemment, il demeura introuvable.

Fursy prit congé de l'huissier. Il pensa que son oncle devait être entouré d'incapables pour avoir laissé Gabriel seul. En même temps, lorsqu'il l'avait accueilli, le jeune homme n'avait pas été très sympathique avec lui...

Il envoya son valet chercher le familier du Comte Hodges, en espérant qu'il parvienne à le retrouver seul. Fursy avait du ménage qui l'attendait, il ne pouvait pas faillir à ses devoirs, même s'il ne s'agissait pas de ses devoirs de Comte. D'ailleurs, une de ses soeurs lui reprocha de ne pas partir à la recherche du malheureux Gabriel, parce qu'elle avait eu vent de l'histoire... mais le jeune homme ne semblait pas décidé de quitter le château. Ce n'est que trois jours plus tard qu'il passa à l'action, puisque son valet se révéla être un incapable lui aussi...

Fursy commença les recherches dans le village, autour du château mais il n'y avait point de Gabriel par ici. Il fit tous les marchés noirs, juste au cas où quelqu'un l'aurait trouvé avant lui mais non. Il s'éloigna alors, cherchant dans les villes alentours lorsqu'il aperçut trois chevaux qui semblaient assez chargés en provisions et une silhouette qu'il reconnut. Il alla donc se planter devant le familier de son oncle avant de lâcher :


▬ Bonjour Gabriel. Vous êtes plutôt difficile à retrouver.


Il enchaîna :


▬ Si je ne vous ai pas parlé de la lettre de mon oncle,
c'était uniquement parce qu'il m'a bien précisé de ne rien vous dire sur son état de santé. Je ne pensais pas qu'il lui restait aussi peu de temps à vivre.
Je vous invite à me suivre au château, qu'on puisse discuter sans être dérangé.



Il fallait dire que dans cette ville, les gens n'étaient pas très discrets à crier au lieu de parler...
©️ Ashling, sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Hodges

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 20/07/2017

MessageSujet: Re: Un drôle d'héritage   Mer 11 Oct - 7:02

Gabriel errait sans véritable but depuis presque une semaine avec les chevaux de son défunt propriétaire. Il ne comprenait pas pourquoi il était mort et n’avait pour ainsi dire aucune notion de vieillesse ou de maladie.

Pour lui ce devait être de sa faute… il n’avait sans doute pas bien su s’occuper de lui. Après avoir traversé les quelques kilomètres qui séparaient le château de son maitre –parce que pour l’instant c’était toujours son maitre- et celui du comte Fursy… lien de parenté le plus proche avec le défunt. Il avait arrêté les chevaux dans les collines pour les laisser boire à un ruisseau. Il était fatigué… fatigué et triste. Si bien qu’il ne pensait même pas à ce qu’il allait bien pouvoir devenir. Il sortit un morceau de pain d’une sacoche, sachant bien que même s’il n’avait pas faim il devait se nourrir et s’assit dans l’herbe. Tout était si calme ici…

Il aurait tellement voulu que le comte Hodges l’emmène dans ce genre d’endroits… Qu’ils fassent un pique-nique… ou alors même juste pour se reposer. Mais il était déjà âgé quand ils s’étaient rencontrés et surtout, c’était un homme occupé… Pourtant il avait toujours su trouver du temps pour son familier.
Il ferma les yeux un instant et se laissa tomber en arrière. Les chevaux étaient attachés. Il pouvait se reposer un instant…

▬ Bonjour Gabriel. Vous êtes plutôt difficile à retrouver.


La voix qui le prit par surprise le fit sursauter. Il ne l’avait aucunement vu venir et surtout il n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche que son assaillant reprit de plus belle.

▬ Si je ne vous ai pas parlé de la lettre de mon oncle,
c'était uniquement parce qu'il m'a bien précisé de ne rien vous dire sur son état de santé. Je ne pensais pas qu'il lui restait aussi peu de temps à vivre. Je vous invite à me suivre au château, qu'on puisse discuter sans être dérangé.


Gabriel le regarda longuement. Qu’est ce qu’il lui voulait encore celui là ? N’avait-il pas déjà assez participé à son malheur ? Gabriel s’assit néanmoins. Il ne voulait pas paraitre impoli.

-Pourquoi voudrais-je vous suivre ? Et encore plus pourquoi voudrais je parler avec vous ?


Des larmes désemparées et de colère envahirent ses yeux sans qu’il ne puisse rien y faire. Son maitre et sa seule famille venait de mourir. Si cela ne pouvait pas lui faire de mal physiquement, son petit cœur était déchiré.

-Mon maitre vient de mourir… Il m’a égoïstement laissé seul ici.

Il n’eut pas la force de retenir plus longtemps ses larmes et commença à sangloter. Il y avait dans son comportement, dans sa vulnérabilité quelque chose d’enfant et d’innocent. Il n’avait aucune idée de ce qu’il allait devenir… pas plus que de ce que lui voulait le comte Fursy.

-Et s’il y a bien une personne avec qui je ne veux pas parler c’est surement vous !

Sur ses mots il se releva un peu brusquement. Se dirigeant vers les chevaux qu’il avait attaché pour défaire leurs liens et remonter sur sa selle.

-Vous êtes peut-être riche et peut être comte… mais vous n’aviez pas à me traiter ainsi.
Vraiment ? Un petit élan de fierté ? Pourtant ça ne lui ressemblait pas. Il était seulement malheureux… Il était en colère aussi… contre la terre entière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un drôle d'héritage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un drôle d'héritage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un éritage!
» [Octobre] Héritage : carnage ou partage ?
» Citroën Héritage : Nouvelle Édition Du Livre « Le Patrimoine Citroën »
» L'héritage de la fille de l'eau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Damhliag :: Dove Castel :: Le hall-
Sauter vers: